PRÉVENIR LES ABUS

La reconnaissance des signes est l’une des meilleures façons pour vous de prévenir les abus de médicaments. Si vous croyez que ça ne peut pas vous arriver, détrompez-vous. Assurez-vous de bien savoir quoi chercher.

Les troubles de toxicomanie ne font aucune discrimination. Ils touchent les personnes de tous âges, peu importe leur race et leur situation socio-économique. Ne croyez pas à tort que vous ou vous proches ne pouvez pas en souffrir.

Selon le National Survey on Drug Use and Health, en 2020, on estime que 40,3 millions d’Américains âgés de 12 ans et plus souffraient d’un trouble lié à l’usage de substances. Certaines substances, notamment les analgésiques, les tranquillisants, les stimulants et les sédatifs, présentent un risque élevé de causer une dépendance physique et l’accoutumance quand la personne cherche à consommer la substance malgré les conséquences nocives. 

Un des éléments essentiels de la prévention est la reconnaissance des signes d’abus potentiel de substances. Si vous pouvez déceler les signes avant que l’abus ne commence, vous pourriez être en mesure de prévenir certains des effets négatifs des troubles de toxicomanie. 

Reconnaître l’usage abusif d’opioïdes

Les opioïdes sont une catégorie de drogues qui comprend de puissants analgésiques sur ordonnance comme l’oxycodone ou l’hydrocodone, ainsi que des substances illégales comme l’héroïne et le fentanyl. Ces substances créent une très forte dépendance et sont celles qui font le plus fréquemment l’objet d’un usage abusif quand elles sont consommées à des fins autres que les fins prévues. 

La consommation répétée d’opioïdes conduit rapidement à la tolérance, ce qui entraîne chez la personne un besoin de consommer la substance de plus en plus pour obtenir le même effet, et au sevrage, état dans lequel la personne a besoin de la substance pour se sentir « normale » et non physiquement malade. 

Les dangers d’une utilisation nocive des opioïdes sont importants, notamment la surdose et la mort. Entre avril 2020 et avril 2021, en plein cœur de la pandémie, des données provisoires des CDC indiquent que plus de 100 000 personnes sont décédées d’une surdose aux États-Unis, et que plus de 75 % de ces surdoses étaient dus aux opioïdes. La pandémie de COVID-19 a accentué l’usage abusif mortel d’opioïdes; il y a eu aux États-Unis une augmentation de 18 % des décès par surdose en 2020.

En 2017, le Président Trump a déclaré que la crise des opioïdes était une situation d’urgence touchant la santé publique, accentuant le fait que la dépendance est un problème médical qui touche l’ensemble du pays. L’administration Biden actuelle a poursuivi ces efforts de sensibilisation et de prévention en offrant un meilleur accès aux médicaments de secours en cas de surdose d’opioïde. 

Savoir reconnaître les signes et vous équiper pour prendre des mesures peuvent sauver des vies, puisque 40 % des surdoses surviennent en présence d’une autre personne.

Signes d’usage abusif ou de surdose d’opioïdes :

Administration de médicaments de secours

La naloxone est un médicament vital qui peut contrer les effets d’une surdose d’opioïde, notamment d’héroïne, de fentanyl et d’opioïdes sur ordonnance. La naloxone s’administre facilement par vaporisateur nasal ou injection, et on peut se la procurer avec ou sans ordonnance, selon votre emplacement. La naloxone n’est pas nocive si elle est administrée en cas de surdose de substances autres que les opioïdes ou en l’absence de surdose.

Si vous ou une personne que vous connaissez souffrez d’un trouble lié à l’usage d’opioïdes :

Autres moyens de prévenir l’abus de substance et les surdoses

La prévention de l’abus des médicaments sur ordonnance concerne en partie la prise de décisions judicieuses et éclairées de la part des médecins quand ils prescrivent des opioïdes ou d’autres médicaments qui peuvent entraîner la dépendance. Autres éléments à garder à l’esprit:

Comment obtenir de l’aide

En cas d’urgence

Composez le 911 ou appelez le centre antipoison au 800/222-1222.